Pour savoir si la co-dépendance vous concerne, il suffit de répondre à quelques questions simples :

Votre bonheur dépend-il du bonheur des autres ? Avez-vous un don pour reconnaitre les besoins de ceux qui vous entourent ? Dites-vous souvent « oui » aux demandes des autres alors que vous auriez préféré faire autre chose ? Avez-vous besoin de vous sentir indispensable ? Volez-vous souvent au secours des autres ? Avez-vous souvent l’impression de vous sacrifier pour eux ? Êtes- vous entouré(e) de personnes qui se sentent mal ? Les autres vous font-ils facilement des confidences ? Si vous répondez « oui » à la majorité des questions, il est fort probable que vous ayez une tendance à la co-dépendance ou dépendance relationnelle.

co-dépendance

Etre co-dépendant, c’est vivre en fonction de l’autre. C’est faire en sorte que votre bonheur dépende de l’autre, de ses humeurs, de ses actions, de ses paroles…. C’est perdre la maîtrise de sa vie pour aider l’autre à tout prix au point que c’en est presque une contrainte.

Les co-dépendants sont plus nombreux qu’on ne le croit. Il y a bien sûr les couples où l’un des partenaires se rend indispensable à l’autre, vit pour l’autre, pense pour l’autre, contrôle l’autre. Et si l’autre se rebelle, on entend : « Avec tout ce que je fais pour lui (pour elle), il (elle) pourrait me témoigner un minimum de reconnaissance ! ».

Le co-dépendant vit coppia cerca uomo pour l’autre et uomo cerca donna Sesto San Giovanni par l’autre. Le co-dépendant a un insatiable besoin d’amour, il va s’occuper des besoins de l’autre au détriment de ses propres besoins pour obtenir cet amour. Il habitue tellement l’autre à lui être indispensable que lorsqu’il veut faire quelque chose pour lui-même, il y a incompréhension et rébellion de la part du partenaire qui est accoutumé à se faire servir, à être écouté, à voir ses besoins satisfaits par son partenaire, … Le co-dépendant n’a ni estime pour lui-même, ni de confiance en lui et surtout, il n’a pas construit son identité propre.

Certains couples fonctionnent de cette manière, jusqu’à ce que le « donneur » étouffe et se sente vampirisé. Il en résulte souvent de l’incompréhension, de la colère, des déchirements et parfois même de la violence entre les partenaires. Certains parents ont aussi cette tendance à satisfaire les désirs et les besoins de leurs enfants avant même que ceux-ci ne les aient formulés. Parfois, la situation est inversée et c’est alors un enfant qui se conduit ainsi vis-à-vis de ses parents et ce comportement se retrouve également dans le milieu professionnel. Nous avons tous connu des collègues qui, dès que nous allions les voir pour une quelconque difficulté, nous proposaient de la résoudre à notre place. En agissant de la sorte, ces co-dépendants « donneurs » créent des personnalités « assistées », incapables d’agir et de décider par eux-mêmes. Bien entendu, il existe des personnes simplement serviables, qui n’ont d’autre intention que de rendre service.

Quand la co-dépendance devient malsaine

Quand l’un des partenaires rend l’autre coupable de tout ce qu’il (a) fait pour lui – car rappelons-le la co-dépendance implique toujours au moins deux acteurs – alors la situation devient toxique. Le « donneur » se sent manipulé par le « receveur », il ne trouve plus sa satisfaction dans le fait de faire pour l’autre, il perd ses repères et sa vie n’a plus de sens. Les relations s’enveniment très vite, les noms d’oiseaux (et parfois les assiettes) volent dans tous les sens et l’ouragan qui s’en suit finit par tout détruire de façon irrémédiable.

Quelles pistes pour sortir de la co-dépendance ? donna cerca uomo Reggio di Calabria donna cerca uomo Varese

Bien sûr la co-dépendance est un phénomène inconscient et si vous êtes co-dépendant, vous souffrez (et faites souffrir votre entourage) de cet état de fait car vos relations ne sont pas « saines ».  Voici quelques pistes de réflexion pour sortir de la co-dépendance relationnelle.

  • Reconnaître que vous êtes co-dépendant.
  • Apprendre à connaître et à satisfaire vos propres besoins.
  • Travailler l’estime de soi, la confiance et l’affirmation de soi.
  • Prendre conscience de vos croyances, sur vous, sur les autres et sur leurs capacités.
  • Devenir responsable de votre comportement et ne plus anticiper les besoins et désirs des autres.
  • Mesurer les bénéfices secondaires de votre comportement.
  • Découvrir les peurs qui se cachent derrière ce comportement de co-dépendance.
  • Savourer la liberté d’être soi !

Sylvie FLAHAUT, Coach, psychothérapeute, hypnothérapeute est à votre écoute pour vous aider à prendre votre avenir en main ! Cessez de souffrir, de reproduire les mêmes scénarii à longueur de vie. Formée en PNL, Analyse Transactionnelle, en Gestalt, en Neurosciences, Hypnose Ericksonienne, Sylvie vous accompagne sur le chemin de la liberté affective et  dans l’accomplissement de vos buts.